GE86 - Entraide généalogique dans la Vienne

La fonction hôtelière a joué un grand rôle dans la vie de la Commune, et illustre la place prise par Chaunay  au coeur des moyens de communication depuis l’époque gallo-romaine.

Sources : Manguy, op. cit. Merci à lui !

Nous pouvons citer :

- l’Hôtel du « Chaigne ( Chêne ?) Vert «, actif en 1777, (l’actuelle pharmacie),

- l’ Hôtel du Cheval Blanc, devenu l'Hôtel Central,
Voir le message récapitualtif des Cartes postales recensées illustrant cet édifice
 
L’ Hôtel du Cheval Blanc, en fait, une partie de ce qui fut l’Hôtel Central, daterait des environs de 1489.

Il aurait été construit par Jehan Villeneuve, marié à la soeur de l'Archiprètre de Chaunay.
Bonaventure Villeneuve, petite fille de Jehan Villeneuve, épouse Laurent Pallu, Valet de Chambre du Roi, et Maitre de Poste à Chaunay. Elle apporte cet Hôtel en dot à son mariage.
Dans son contrat de mariage, en 1613, avec François Cuvillier, Sénéchal de Chaunay, Isabeau Pallu, petite fille de Bonaventure Villeneuve apportera également cet Hôtel en dot à son mariage.
L’ Hôtel était géré à cette époque par un certain M. Tirendois.
Il sera par la suite la propriété de la famille Daniau, qui le conservera jusqu’au XIXème siècle.
Il doit son nom, ( L’ Hôtel du Cheval Blanc), au passage de Henri IV en 1572, qui montait un cheval blanc à l’époque de son passage à Chaunay, là où il apprit la mort de sa mère en se rendant à son mariage.Ce nom lui restera presque trois siècles, et il deviendra l’Hôtel-Restaurant Motillon, du nom de ses nouveaux propriétaires, un peu avant la seconde guerre mondiale.
La maison située sur la gauche dans l'Impasse de la Salle Sainte Thérèse faisait office de succursale de l'Hôtel Central.

- L’ Hôtel du Commerce (i.e. Bernardeau, puis Berkame),
Voir le message récapitualtif des Cartes postales recensées illustrant cet édifice
La plus grande maison de la commune,  appelée le " Château " (ou le "Logis ") à Chaunay, a été d'abord vendue à Joseph Bernardeau, puis à M. Berkame, pour en faire une annexe de l'Hôtel du Commerce, puis, après une longue période d'inoccupation, a été rachetée par la municipalité qui en a judicieusement fait sa Maison de Retraite, après d'importants travaux de remise en état et de conformité.

- l’ Hôtel du Lion d’Or, cadastré au numéro 2751, sera remplacé par la Poste, puis par une droguerie et par le Crédit Agricole.
Cet immeuble est de nos jours, 2012, affecté à un usage d'habitation.

- l’ Hôtel Charruyer.
L'immeuble construit curieusement juste devant la façade Est de l'Église, front à rue, et qui en obstrue la visibilité plutôt grossièrement, cadastré 2762, abritait d'abord un hôtel, l'hôtel Charruyer, puis, au début du siècle, un cordonnier, un salon de coiffure, une pharmacie, et une écurie à chevaux, remplacé par un magasin de vin. Il a été détruit par la municipalité qui en a aménagé ainsi les abords pour mieux mettre en valeur l'Église Saint-Pierre.
- ... et des petites auberges et brasseries ...
Par exemple, à l'angle de la route de Civray, après la mercerie, se trouvaient deux cafés.

Note de Philippe MAGNAN : l'Hôtel de Commerce a longtemps appartenu à la famille VERNEUIL, et de nombreux artistes et sportifs s'y arrêtaient régulièrement

You have no rights to post comments

Go To Top