Ecouter le podcast de passion médiévistes

eveques moyen age

 

Lire l'article

cochons

Sous l’Ancien régime, toute famille aisée digne de ce nom se devait d’entretenir une domesticité la plus importante possible.
Femme de chambre, cuisinière, majordome, valet, cocher, précepteur, gouvernante, palefrenier et même jusqu’à aumônier: tout un petit monde gravitait autour des " maîtres " et travaillait pour eux, parfois toute leur vie durant. Ce n’était généralement pas très bien payé mais au moins avait-on le gîte et le couvert assurés…

Invité : Jean-Jacques DAVID, guide-conférencier, à l’occasion d’une conférence sur " La domesticité au XVIIIe siècle ", au château de Seneffe – 12 décembre 2015 à 14h30.
Une émission de la RTBF.

Ecouter l'émission

En octobre 1869, l'armée ouvre le feu sur des mineurs en grève à Aubin, dans l'Aveyron, tuant 14 personnes. Le drame, retentissant, sera immortalisé par Victor Hugo puis Émile Zola.

« Quel âge as-tu ?
– Seize ans.
– De quel pays es-tu ?
– D'Aubin.
– N'est-ce pas là, dis-moi, qu'on s'est battu ?
– On ne s'est pas battu, l'on a tué. »

mineur aubin

Ces vers de Victor Hugo, évoquant le sort d'une jeune ouvrière dont le père est mort sous les balles des soldats, ont immortalisé la grève sanglante des ouvriers d'Aubin, dans l'Aveyron, le 8 octobre 1869. En cette fin d'année 1869, un lourd climat social pèse sur le bassin minier, qui traverse l'une de ses plus grandes crises. La misère pousse les mineurs d’Aubin à s’emparer du droit de grève, reconnu en France depuis 1864.

Lire l'article sur Retronews

 

Une émission de France Culture

Concordance des temps de Jean-Noël Jeanneney

loup 7 chevreaux

Le regard porté sur le loup est passé, selon les époques, de la curiosité à l'effroi, de la haine au respect, du rejet absolu à une fascination quasiment affectueuse. Michel Pastoureau vient de publier un livre remarqué sur le sujet et nous fait profiter de sa science...

https://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/le-grand-mechant-loup

 

Nous sommes sous l’Ancien Régime, intéressons-nous au sort des artisans mais aussi des paysans et d’autres composantes de ce quel’on appelle le Tiers Etat.

Emission de la RTBF : Un jour dans l'histoire - Laurent Dehossay

ne pour la peine

Ecoutez l'émission

 

 

 

Podcast de l'émission "La fabrique de l'histoire" par Emmanuel Laurentin

juger et punir

 

 

Série "Juger et punir : une brève histoire"

  1. Quel sens le Moyen-Age donne-t-il à la peine capitale ?
    entretien avec les historiennes Claude Gauvard et Elisabeth Lusset

  2. Pourquoi décapiter ?
    entretien sur la décapitation avec l'historien Jean-Claude Maire-Vigueur, spécialiste de la Renaissance, et avec Michel Porret, historien du droit

  3. Quand le XXe siècle invente la notion de crime contre l'humanité
    entretien avec Philippe Sands sur l'invention des notions juridiques de génocide et de crime contre l'humanité

 

 
 

Saviez-vous que les rois pouvaient user de leurs larmes pour lever un impôt ?

Ou encore que l'on pratiquait jadis des formes de honte honorable ?

Petit tour d'horizon des pratiques émotionnelles du Moyen Âge avec l'historien Damien Boquet.

https://www.franceculture.fr/histoire/petite-histoire-des-emotions-au-moyen-age

 

Nées au XVIIIe siècle dans les banlieues de Paris, les guinguettes essaimèrent par la suite partout en France. Cabarets, restaurants et parfois lieux de bal, elles connurent un immense succès populaire.

renoir guinguettes
Le Déjeuner des canotiers, Pierre-Auguste Renoir, 1881 - source : Wikicommons

Avant 1860, Paris était moins étendu qu'aujourd'hui : la capitale s'arrêtait au mur des Fermiers généraux, dont le tracé se retrouve en partie le long des actuelles lignes 2 et 6 du métro. Au-delà de ces frontières (marquées par des barrières), l'octroi, une taxe sur les marchandises en vigueur à l'époque, n'était plus perçue.
C'est pour cette raison que se développèrent dès le XVIIIe siècle, en banlieue proche, des lieux de fête bucoliques qu'on appelait les guinguettes, dont les propriétaires n'avaient pas à payer de taxe sur l'importation de vin.
Les plus fameuses se situaient sur les barrières de la ville, à Montparnasse et à la Courtille principalement, mais aussi dans les villages de Belleville, de Ménilmontant, à Suresnes, à Robinson ou encore à Nogent-sur-Marne.

Lire l'article sur "Retronews"