Une émission de Europe 1
Au coeur de l’histoire
Animateur : Franck Ferrand

Franck Ferrand revient, en compagnie de l’historien Didier Le Fur, sur la vie de Diane de Poitiers et les légendes qui les entourent – l’occasion de partir visiter ensuite le château d’Anet et le Vexin.

Ecouter l'émission

05 avril 2018 - Leçon inaugurale de François Héran au Collège de France

Selon le dernier bilan de l’ONU, 244 millions de personnes vivaient à l’étranger en 2015, dont près de 20 millions de réfugiés. Au-delà d’une actualité brûlante, révélatrice de tensions majeures dans nos sociétés, la question des migrations internationales doit être abordée par le biais de méthodes sérieuses prenant en compte la diversité des phénomènes migratoires et des questions qu’ils soulèvent. Dans ce domaine, plus que dans tout autre, les idées reçues circulent, parfois imperméables aux faits.

L’Assemblée du Collège de France a ainsi décidé de créer une chaire Migrations et sociétés et de la confier à François Héran, directeur de recherche à l’INED, l’Institut national d’études démographiques. « Cette création reconnait non seulement la nécessité d’étudier ces phénomènes de façon aussi scientifique que possible mais elle met en avant les interactions entre migrations et sociétés : il n’y a pas de sociétés sans migrations et les migrations modifient durablement les sociétés. "Mon programme ne prétend pas trancher toutes les questions sur la place de l’immigration dans la société : il entend les poser dans le respect des faits", estime ce dernier.

Manger au Moyen Âge - Chroniques de Prof #23 - Youtube

Etienne Dolet et Michel Servet. Un humaniste et imprimeur français brûlé à Paris en 1546, un théologien et médecin espagnol brûlé à son tour à Genève en 1553.
Bien que peu connus, les martyres d’Étienne Dolet et de Michel Servet sont habituellement associés.

Quel fut le rôle de l’Etat et des Eglises dans leur condamnation ? Dans quelle mesure étaient-ils libres penseurs?

Conférencier et professeur d’histoire et de philosophie à la Haute Ecole Bruxelles-Braba, Jean-Marie Dufays nous replonge dans les transformations intellectuelles, religieuses et philosophiques du 16e siècle, et leurs répressions.


Une émission de la RTBF

Une femme est tuée tous les trois jours, en France, sous les coups de son conjoint. La question des violences conjugales avance aujourd’hui lestée de chiffres, mais aussi d’une belle mythologie : nous autres modernes serions les premiers à lutter contre elles...

Accéder à la page de présentation de l'émission Concordance des temps par Jean-Noël Jeanneney - France Culture

Une émission de "La Marche de l'Histoire" par Jean Lebrun sur France Inter


La sorcellerie n’est pas affaire de temps obscurs. Ainsi s’est-elle démultipliée à partir de la fin de ce que nous nommons le Moyen Age, elle a même atteint un zénith dans les années 1580-1650, au temps de Montaigne et de Descartes.


Lire la présentation de l'émission sur France Inter

juger les fous au moyen ageEn partant des sources parisiennes datées du milieu du XIIIe siècle à la fin du XVe siècle (Parlement de Paris, Châtelet, Chartes), Maud Ternon retrace l’appréhension et la prise en charge de la folie au Moyen Âge. L’étude de la folie au Moyen Âge a longtemps été abordée sous l’angle restreint des représentations, et l’ouvrage fondateur qu’est Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique de Michel Foucault tente avant tout de comprendre comment le geste de renfermement des fous dans les asiles a pu émerger au XVIIe siècle. La période médiévale n’est que peu concernée. Or, les registres des cours de justice médiévales présentent un grand intérêt pour écrire l’histoire sociale de la démence. Ils donnent à voir des représentations de la folie utilisées en contexte par des acteurs variés ; ils permettent d’observer les pratiques mises en œuvre par la société autour du trouble mental.
Quelles sont la ou les notions de folie mises en scène au tribunal, au moyen de quel vocabulaire et de quelles catégories juridiques ? Quels genres de comportements peuvent être présentés comme des signes de folie, et comment la preuve en est-elle établie ? Dans quels types de procédures la qualification de folie apparaît-elle le plus et sert-elle le mieux l’intention du plaideur ? Quel est le sort réservé au dément dans chacune de ces situations ?

 

Ecouter l'émission "Un jour dans l'histoire" de la RTBF avec Maud Ternon.

 

Comment les Français percevaient leur pays au XIIe siècle ? et au XVe siècle ? Comment était-il possible de représenter le royaume sur une carte ? Qu'est-ce qu'on connaissait de la France ?

738 france
Carte historique de la France au moment de la mort de Philippe II Auguste, 1223 • Crédits : LEEMAGE - AFP

Emission "La fabrique de l'Histoire" par Emmanuel Laurentin avec l'historien Léonard Dauphant, Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Lorraine

Entretien des "Lundis de l'Histoire" (France Culture) avec Jean-Marie Goulemot et Michel Delon à propos du livre "Mémoires. Enfance et éducation d'un paysan au XVIIIe siècle" de Valentin Jameey-Duval.

Document unique sur le malheur paysan et la vie dans les campagnes au XVIIIe siècle, les Mémoires de Valentin Jamerey-Duval ont été écrits par un fils de paysan qui a connu, dans son enfance orpheline, la faim, le froid et la misère des ouvriers agricoles de ce temps. C’est donc un témoignage paysan et non sur les paysans, rendu possible parce que le jeune Duval apprendra à lire et à écrire au hasard d’un séjour chez les ermites et que, protégé du duc de Lorraine dont il deviendra le bibliothécaire, il ira étudier à l’université jésuite de Pont-à-Mousson.

C’est l’histoire aussi d’une enfance pitoyable et d’une difficile éducation, d’une lente émergence de la peur, de la superstition et de la faim vers le savoir, la culture, le bonheur d’être rassasié.

Mais cette accession, revendiquée avec violence contre les tenants d’un ordre social immuable, révèle un déchirement et une aliénation. En même temps qu’il dénonce une noblesse égoïste, enfermée dans la défense de ses privilèges, une politique royale conduisant à la guerre et à la misère, Duval se doit de donner, lui bâtard social et culturel, par son écriture même, par l’étalage de son savoir, les preuves de son appartenance au monde intellectuel de ses lecteurs, qui sont ceux-là mêmes qu’il récuse.