GE86 - Entraide généalogique dans la Vienne

Extraits des Affiches du Poitou

Sauzé Vaussais, Géographie

Mémoire sur Sauzé, (Haut Poitou).
La Justice de ce lieu, appellée autrefois la Châtellenie de Limalonge, comprend huit paroisses, & a depuis été érigée en Marquisat sous la dénomination de Crugy-Marsillac. Nos foires & nos marchés ne sont renommés que pour le bled seulement, quoiqu'on y trouve comme aux foires voisines, des bœufs, des chevaux, des mulets, dès cochons, moutons & toutes sortes de comestibles. En effet nous fournissons au Limousin par Confollens, à l'Angoumois par Mansle, à la Saintonge par Ecoyeux. Les voyageurs sont surpris que dans un endroit aussi considérable, il n'y ait point d'Eglise ; la paroisse est Vauzay, distante d'ici d'un quart de lieue.

Extraits des Affiches du Poitou

Carrière de marbre - GÉOLOGIE - St Pierre d'Exideuil ; Civray

M. le Marquis de Cerzé, Seigneur du Château de la Bonardelliere, en la Paroisse de Saint Pierre d'Exideuil, près Civray, vient de découvrir dans sa terre, une carriere de marbre, que l'on assure pouvoir être comparé au plus beau marbre de Grece & d'Italie. Nous n'avons point encore d'autres renseignements sur cette découverte précieuse, que nous nous empressons d'annoncer. On se souvient des mines d'antimoine & d'ochre, trouvées depuis peu dans le Bas-Poitou. Ainsi la Providence, toujours bienfaisante, nous offre de temps en temps de nouvelles richesses ; il n'est question que de creuser la terre.

Extraits du Portefeuille des Dames

La fête des époux

Variétés
La fête des époux a été célébrée avec beaucoup de pompe ; l'autel de l'hymenée était placé au milieu de la salle décadaire ; des fleurs et des fruits étaient l'heureux emblème des divers genres de félicité qu'offre dans l'union conjugale l'amour à la vertu. Les bustes des épouses les plus illustres dans l'histoire, peints de la main du professeur de dessein (sic) près l'école centrale, étaient placés autour. Tant de mères qui font les délices de leur ménage et l'ornement de la société, y eussent reçu des hommages, et le citoyen vertueux, impatient de les y applaudir, reprochait à un grand nombre leur absence.

Extraits des Affiches du Poitou

Le Varech Industrie

Déclaration du Roi, du 30 Octobre 1772. Qui permet à tous Riverains des Côtes Maritimes de cueillir, ramasser & arracher le Varech. Cette Déclaration, qui indique la manière & les précautions convenables, a été adressée au Conseil Supérieur de Poitiers, où elle a été enregistrée le 5 Mai 1773. Le Varech est aussi connu sous les noms de Vraix, Sar ou Couesmon ; c'est le Fucus maritimus vesiculos habens de Tournefort. Cette herbe est propre aux engrais des terres, & à faire de la Soude si étroitement nécessaire à la fabrication des verres à vitres. Une Déclaration du Roi, du 30 Mai 1731, avoit prescrit des formalités très génantes pour la coupe de cette herbe ; elle l'avoit presque interdite, sous le prétexte qu'elle étoit regardée comme nécessaire au fray du poisson, au développement & à la nourriture du poisson du premier âge. Il a été reconnu par des Commissaires de l'Académie Royale des Sciences de Paris, envoyés sur les lieux, qu'il n'y avoit dans ces herbes ni fray, ni poisson du premier âge. On s'étoit encore faussement imaginé que la fumée du Varech, lorsqu'on le brûle, causoit des maladies Epidémiques, & nuisoit à toutes les especes de grains & de fruits. Depuis long temps on en fait de la Soude dans l'Amirauté de Cherbourg en Normandie. M. de Fontanes, Inspecteur des Manufactures de Nyort, Correspondant de la Société Royale d'Agriculture de la Rochelle, a essayé d'en faire sur les Côtes du Poitou, & il y a parfaitement réussi.

Extraits des Affiches du Poitou

Champdeniers

Mémoire sur Champdeniers.

C'est un des plus grôs Bourgs du Poitou, il est situé au 17e degré 14 min. de longit. ; & au 46e degré 27 min. de latit. ; ayant à l'est, la ville de St-Maixant, dont il est distant de 3 lieues ; au sud, Nyort, aussi à 3 lieues ; à l'ouest, Fontenay-le-Comte, à 6 lieues ; au nord, Partenay, à 5 lieues. Il est de l'Archiprêtré de St-Maixant ; de l'Election de Nyort & du Ressort de Partenay. Son nom Latin dans d'ancienes chartes est Campodenarium, ou Campidenarium ; il semble que suivant l'étymologie de plusieurs noms de lieux, tirés de la basse Latinité, ce devroit être Campusdenariorum.

Extraits des Affiches du Poitou

Les ivrognes Mœurs

ACCIDENT ET LECON
Un Laboureur d'un village de cette Province, entra il y a quelques jours dans un cabaret ; il étoit déjà un peu ivre, & il y but jusqu'au dernier excès ; voulant sortir de la chambre où il étoit, il tomba du haut d'un escalier & se tua ; on le porta sur un lit. Le Curé de la Paroisse, instruit de cet accident, confessa peu d'instant après, un particulier d'un village voisin, qui étoit dans l'habitude de s'enivrer, & qui ignoroit la mort tragique de cet ivrogne. Après avoir fait à son pénitent les réprimandes les plus vives, sur un vice aussi honteux, aussi avilissant, il le conduit sans lui dire pourquoi, au lit sur lequel étoit étendu ce cadavre couvert de sang & de vin ;

Extraits des Affiches du Poitou

Carrière de marbre

M. le Marquis de Cerzé, Seigneur du Château de la Bonardelliere, en la Paroisse de Saint Pierre d'Exideuil, près Civray, vient de découvrir dans sa terre, une carriere de marbre, que l'on assure pouvoir être comparé au plus beau marbre de Grece & d'Italie. Nous n'avons point encore d'autres renseignements sur cette découverte précieuse, que nous nous empressons d'annoncer. On se souvient des mines d'antimoine & d'ochre, trouvées depuis peu dans le Ba-Poitou. Ainsi la Providence, toujours bienfaisante, nous offre de temps en temps de nouvelles richesses ; il n'est question que de creuser la terre.

Extraits des Affiches du Poitou

Les conscrits de Voulême

Des environs de Chaunay, 7 Mai.
Le fait suivant peut servir à prouver que les paysans, quoique grôssiers, sont susceptibles de sentimens & d'humanité. Les jeunes gens de la paroisse de Voulême, près Sivray, réunis avec ceux de deux paroisses voisnes, étoient assemblés dernièrement pour tirer au sort & fournir un Soldat Provincial. Dans le nombre se trouvoient deux garçons, fils de deux femmes veuves qui avoient plusieurs autres enfans en bas âge. Elles n'étoient point, aux termes de la loi, dans la classe de celles qui peuvent exempter leur fils aîné. Cependant elles se trouvoient dans une position à ne pouvoir s'en passer. Toute la paroisse le sentoit ; aussi les garçons sujets au sort ne balancerent-ils pas à proposer d'eux-mêmes au Commissaire chargé de faire le tirement, de soufrir que le nombre des billets qu'on alloit plier, on en otât deux blancs pour ces deux garçons, dont les bras étoient si utiles à leurs familles.

Cette semaine, je vous recommanderai de jeter un œil sur les articles parus dans les ADP du 4 avril au 27 juin 1782, vues 2 et 3, sous le titre « L'antiméphitique ». Vous y verrez quelques savants messieurs inclinés sur les tinettes ! Les articles sont trop longs pour être recopiés ici.

Une centenaire

La nommée Françoise Bodin, veuve en troisiemes noces de Pierre Multeau, Maréchal au village de Pressac, paroisse de Jadres, à une lieu de Chauvigny, est morte depuis peu, âgée d'environ 105 ans, sans avoir eue jamais aucune maladie, pas même la petite vérole, ni la rougeole. Son premier état, jusqu'à l'âge de 25 ans, a été celui de Couturere, & depuis jusqu'à l'âge de 102 ans, elle n'a exercé que celui d'accoucheuse. Elle n'a eu d'autre infirmité pendant toute sa vieillesse qu'un peu de surdité. Elle n'est morte que parce que la nature défailloit, & sans douleur ; elle travailloit encore 10 jours avant sa mort, & elle a joui de toute sa raison jusqu'au dernier moment.
Affiches du Poitou, n° 15, du 15 avril 1773, page 60

Go To Top