GE86 - Entraide généalogique dans la Vienne

Extraits des Affiches du Poitou

Mémoire sur l'Isle de Noirmoutiers

L'Histoire ne parle qu'avec admiration de ces jardins superbes que Semiramis avoit fait construire & suspendre dans les airs ; mais ce prodige qui n'étoit après tout qu'une inutile ostentation du luxe & un jeu pour une grande puissance, doit céder au phénomene bien autrement important que présente sur les côtes du Poitou, l'industrie opiniâtre d'une poignée d'hommes. Quel spectacle, en effet, que celui de la Lutte continuele soutenue par les Colons de l'île de Noirmoutiers, contre les fureurs de la mer ? Cet élément terrible, superieur de près de quatorze pieds au niveau du sol de l'île, & comme suspendu de tous côté sur elle, menace sans cesse de la conquérir sur les habitans qui la lui disputent sans cesse. C'est un point de terre usurpé en quelque sorte sur la masse immense de l'eau qui le domine. Il n'existe qu'à force d'art ; il ne se converve que par des travaux incroyables. Sans les éforts des Insulaires, l'île de Noirmoutiers ne seroit, depuis long-temps, qu'un écueil enseveli sous les sâbles, ou caché sous les flots. Cette singularité Physique qui fait acheter si cher le séjour de cette île à ceux qui la cultivent, a été compensée jusqu'à présent par la franchise générale de toutes les impositions.

Extraits du Portefeuille des Dames

Coup de fusil sur le garde

TRIBUNAL CRIMINEL
Du 14 Brumaire.
Jugement qui condamne René Rioux, du département des Deux-Sèvres, à vingt années de fers, pour avoir tiré un coup de fusil à balle sur un garde-forestier au moment où il entrait dans sa cour, accompagné de l'agent national, pour faire une perquisition de bois volé. La balle avait frappé le jambage de la porte de la cour à l'instant que le garde entrait, et il avait été blessé des éclats de la porte.
Cet homme était un ancien déserteur qui n'avait d'autre métier que d'aller couper des arbres dans les forêts pour en faire des pelles qu'il vendait.

Extraits du Portefeuille des Dames

Infanticide

TRIBUNAL CRIMINEL – Session du 15 messidor an 7
On a vu dans cette session les suites désastreuses qu'entraine un amour désordonné ; cette passion a conduit deux personnes à l'échafaud.
L'une est une veuve convaincue d'avoir homicidé son enfant naissant. Il était constaté par les opérations des gens de l'art, que l'enfant était venu au monde, vivant, et avait été étouffé ; l'expérience de l'immersion des poumons de l'enfant dans l'eau avait été un des principaux motifs de leur décision, parce que les poumons du fœtus dans le sein de sa mère sont compactes (sic), et leur pesanteur les fait aller au fond de l'eau ; quand l'enfant a respiré, les poumons sont imprégnés d'air, dilatés, présentant plus de surface, ils surnagent. Cette expérience n'est cependant pas infaillible, on a des exemples du contraire ; mais il suffit que ce soit le cours ordinaire de la nature, pour qu'on y donne une certaine croyance.

Extraits des Affiches du Poitou

Guérison peu ragoûtante

De Briou, près Melle, 7 Mars.
Il vient, M., de s'opérer un cure intéressante, qu'il vous paroitra vraisemblablement utile de rendre publique. Le nommé Fouré, Marchand Boucher de ce bourg, homme replet & robuste, âgé de 57 ans, avoit sur une épaule une espece de bouton dont il sortoit périodiquement une grande quantité de sang. Cette évacuation cessa entièrement, & bientôt les ieux s'enflamerent, devinrent larmoyants ; le cerveau s'embarassa ; une légere suppuration parut à une oreille ; la fievre, le transport succèderent ; on aperçut tous les symptômes d'un abscès au cerveau.

Extraits des Affiches du Poitou

Montembœuf GÉOGRAPHIE

Mémoire sur Montembœuf.
Ce bourg du Haut-Poitou, & éloigné de la Rochefoucault de trois lieues & demie, est en lui-même peu considérable ; mais il y a dans la campagne une quantité de villages & hameaux, qui font que la paroisse, fort étendue, est extrêmement peuplée. On doit attribuer cette population, non pas à la bonté du terrain, puisqu'il y est naturèlement peu fertile, ainsi qu'on le dira ci-après, mais au privilège fort peu commun dont jouissent les habitans, d'être exempts de toutes impositions de Taille & autres subsides. Ils ne payent uniquement que cinq sols par feu, & autres cinq sols pour droit de guet & garde au Château de Civray. Le Seigneur en gagiste dudit Civray jouit de ces dix sols : de sorte que les habitans de Montembœuf ne payent exactement rien au Roi. Ils ont été confirmés dans ce privilège, dont on attribue le motif à des services rendus à l'Etat dans des temps de guerre, par des Lettres patentes, du mois de Septembre 1651, & par plusieurs Arrêts rendus antérieurement à la Cour des Aides. Ces Lettres patentes seront copiées à la suite de ce mémoire.

Extraits des Affiches du Poitou

Piège à souris

ECONOMIE DOMESTIQUE
Tout le monde se plaint des ravages que font les souris, le piège le plus communément employé pour les surprendre, est une machine en fil de fer, percée par le haut ; les souris y tombent, attirées par l'apât qu'on y met ; mais il ne peut s'y en prendre tout au plus que cinq ou six de suite, sil on n'a pas l'attention d'y voir à mesure. Un particulier vient de nous écrire qu'il a imaginé de percer ces souricieres dans le fond, & de les placer sur un grand vase plein d'eau ; les souris y tombent & se noyent. On peut prendre sur-tout cette precaution dans les maisons que l'on laisse inhabitées pendant quelque temps, comme pendant les vacances. Nous croyons avoir lu l'indication de ce moyen dans d'autres Papiers Publics.

Extraits des Affiches du Poitou

Les albinos

Autre lettre, écrite de Civray.
Je vous ai parlé, M., d'une famille aux Cheveux blancs & aux Yeux rouges, qui habite cette contrée, & j'ai promis de vous faire part de mes recherches à ce sujet ; je vous tiens parole. Je me suis transporté moi-même sur les lieux, afin de pouvoir mettre plus d'exactitude dans mon récit. C'est au village de Chez-Bernardeau, paroisse de Champniers, à une lieu & demie ce cette ville. J'y ai vu ces trois enfants extraordinaires, deux garçons & une fille, & j'ai questionné leur mere. Voici le résultat de mes observations & de ses réponses.

Extraits du Portefeuille des Dames

Faut pas kafter !

Les lettres qui suivent nous apprennent que c'est une bien mauvaise action de dénoncer, puisque pour la faire, on emprunte le nom d'un autre. (1)
Paris, le 12 thermidor, l'an 7, etc. – Le secrétaire général du Directoire exécutif, au citoyen Duclos, domicilié à Poitiers. – Le Directoire exécutif a reçu, citoyen, la pièce que vous lui avez adressée concernant les mesures à prendre pour éloigner de toutes les places judiciaires et autres, les robins, etc. Je vous préviens que cette affaire a été renvoyée le 11 au ministre de l'intérieur. C'est à ce ministre qu'il faut désormais vous adresser pour obtenir des renseignements ultérieurs sur l'objet dont il s'agit. Salut et fraternité. Signé Lagarde.

Extraits des Affiches du Poitou

Pièces d'or

AVIS DIVERS
On a trouvé il y a quelques semaines, en creusant dans un champ, au village de la Cluzaudiere, paroisse de St Martin d'Anché, entre Vivône et Couhé, une vingtaine de pieces d'or, de deux especes seulement ; l'une est un Noble Henri, roi d'Angleterre, & pesant 24 #. On la qualifoit anciennement, du poids de cinq deniers dix grains trebuchant, pour cent six sols tournois. On sait que les Anglois ont été long-temps maîtres de ces Provinces. L'autre est une monnoye Françoise, d'un de nos Rois, du nom de Charles, & pese 12#, c'est un écu vieux à la couronne, qualifié autrefois, du poids de trois deniers trebuchants pour soixante sols.

Go To Top