GE86 - Entraide généalogique dans la Vienne

Biodiversité

Un sujet qui peut sembler hors du domaine de la généalogie : la présentation d'un projet "Mon village, espace de biodiversité"

Mais qui concerne, à coup sur, nos descendants.

biodiversite


Extraits du Bulletin de la société de médecine de Poitiers.

La veuve Magnan, de Chaunay, âgée de 63 ans, portait depuis dix ans, sur l'aile droite du nez, un petit bouton qui, fréquemment excori&, a commencé à s'accroitre et à s'ulcérer, il y a dix mois, sous l'influence de topiques irritants.

Un acte pas banal retrouvé dans un registre de Chaunay.

Monseigneur Dubois, Archiprêtre et Curé de Chaunay est confronté en 1791 à la demande de Guillaume RIFFAULT de procéder à son mariage avec la demoiselle Geneviève ..., femme de couleur.
Opposé à ce mariage, il publie cet acte dans le registre paroissial, en date du 10 Juillet 1791, dans lequel il refuse de " consentir ou de coucourir au dit mariage ".
Mais 1789 êtant passé par là, et la validité du arrêt du Conseil d'État du Roy êtant pour le moins remise en cause, il se voit obliger néanmoins de procéder au baptême de leur enfant, Joseph, né à Chaunay le 21 Janvier 1792.
Dans cet acte, il reconnait que cet enfant est "né du légitime mariage de Guillaume RIFFAUD tailleur d'habits et de Geneviève LINGÈRE" (patronyme dérivé de son emploi).
Ont été parrain et marraine Joseph JOURDAIN secrétaire de la municipalité et Céleste JOZEAU qui ont signé avec le Père DUBOIS curé de Chaunay.

Le Numéro 1 des CAHIERS CHAUNAISIENS, février 2014, 48pages, est désormais paru.
Disponible gratuitement en PDF sur simple demande.
Au sommaire de ce numéro :
  • Francine Poitevin, enseignante, ethnologue de la ruralité, écrivaine, née à Chaunay.
  • Morts pour la France : Tentative de recensement.
  • Le Monument aux Morts à travers la Carte Postale Ancienne.
  • Éphéméride chaunaisien.
  • Revue de presse.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Les Cahiers Chaunaisiens

Bulletin de recherches sur l’histoire et le patrimoine de la commune de Chaunay

Vient de paraitre :
Numéro 2, Avril 2014, 62pages.
Numéro spécial consacré aux inhumations dans l’Église Saint Pierre aux Liens.


Toujours disponible :
Numéro 1, Février 2014,48pages.
Au sommaire :

  • Francine Poitevin, enseignante, ethnologue de la ruralité, écrivaine, née à Chaunay.
  • Morts pour la France : Tentative de recensement.
  • Le Monument aux Morts à travers la Carte Postale Ancienne.
  • Éphéméride chaunaisien.
  • Revue de presse.

En préparation : Numéro 3, septembre 2014, 60pages. Au sommaire :

  • Tranches de vie tragique à Chaunay.
  • Chaunay, on en fait tout un fromage !
  • Morts pour la France : Tentative de recensement, suite.
  • Chaunay prend l’eau à travers la Carte Postale Ancienne.
  • Éphéméride chaunaisien.
  • Revue de presse.

Note : Les Cahiers Chaunaisiens sont disponibles gratuitement, sur demande, au format PDF

Serge Duc
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://chaunayencartespostales.blogspot.fr/

 

Chaunay, commune plutôt tranquille, montre à l'occasion que des moments de fête peuvent y être régulièrement partagés.

Témoins ces nombreuses cartes postales anciennes, notamment les clichés de Jules Robuchon, témoins également ces documents divers et variés comme les programmes de fêtes que nous publierons prochainement.

Aujourd'hui, c'est une très belle photographie d'un mariage qui s’est déroulé à Chaunay dans les années 1880-1920, pour laquelle nous n'avons de renseignements que l'annotation qui y figure au dos :
" Mariage oncle Émile et tante Louise à Chaunay."

La vie s’écoule à Chaunay, comme ailleurs, avec ses petits et ses grands moments, ses joies, ses peines, et ses douleurs parfois …
La lecture des registres paroissiaux en porte témoignage, un témoignage certes succinct et rapide, mais qui vaut néanmoins par son caractère officiel comme un élément authentique de cette réalité vécue, mais si peu maintenant partagée.
Des accidents de la vie, comme ce couvreur tombé du toit, ce gardien de troupeau mort d’avoir trop couru après ses « bestiaux », ce soldat mort à la guerre.
Comme ce mort déclaré inconnu, noyé dans la Bouleur, cette « pauvre infirme dans l’enfance », morte d’épuisement dans un pré, ce "pauvre passant" qui passait par hasard par Chaunay, ce mystérieux « doctor in israel », ce domestique dont son bon maitre ne semble pas connaitre l’identité, et tous ces anonymes dont on ne saura jamais rien.
Comme ces chaunaisiens qui ont fini en prison et même parfois sur la guillotine !
Et ces enfants, si nombreux dans les registres de décès, morts à la naissance d’un accouchement difficile, parfois en même temps que leur mère, de maladies récurrentes, ou d’une épidémie de « petite vérole », déclarés bâtards ou illégitimes, parfois sans noms, venus d’on ne sait où …


Plus jamais ça !

Galipoli, la Marne, l'Alsace, Verdun, le Chemin des Dames, Les
Eparges,  le  moulin  de  Lafaux,  la  Somme,  Ypres,  Péronne,
Montmirail,  Douaumont,  les  forts  de  Vaux,  de  Tavanne,
l'Argonne, l'Artois, le front d'Orient, Salonique…
Sur  8  millions  de  mobilisés  entre  1914  et  1918,  plus  de  2
millions  de  jeunes  hommes  ne  revirent  jamais  le  clocher  de
leur  village  natal.  Leurs  noms  sont  gravés  dans  la  pierre
froide des monuments de nos villes et de nos bourgs.
Et quand l'église s'est tue, quand l'école est fermée, quand la
gare  est  close,  quand  le  silence  règne  dans  ces  bourgs  qui
sont  devenus  des  hameaux, 

Èmery FAUGERON, prêtre, archiprêtre, curé, officie à Chaunay de 1710 à 1719

Il prend ses fonctions le huit Juillet 1710, et ajoute ce commentaire un tantinet fielleux à l'encontre de son prédécesseur :
« C'est le registre que moi, soussigné, prêtre curé de Chaunay, j'ai rencontré, et sur lequel j'ai commencé à faire les fonctions curiales le huit Juillet 1710, pour lequel j'ai payé vingt quatre livres que m'a fait payer Monsieur Ignace Riffaut, avec lequel j'ai permuté pour la moitié de l'année, ayant quarante huit livres pour tout le-dit registre.
Ayant eu besoin d'un acte mortuaire de feu Maitre Charles Cuvillier, enterré en 1708, je ne l'ai point trouvé dans le-dit registre. Aussi, Monsieur Riffaut m'a avoué qu'il ne savait de quoi il était devenu. Il se pourra bien faire dans la suite qu'il se trouvera quelques autres noms absents.
C'est l'avertissement que je crois pouvoir donner. »

Sources : ADV, BMS 1705-1720, page 66/152.

Voir Chaunay en cartes postales

FRANCINE POITEVIN

Enseignante, ethnologue de la ruralité, écrivaine, née à Chaunay.
1869 - 1946

poitevin

Marie-Blanche Paillé enfant.
Médaillon, vers 1874. Dimension 14x9
Fonds Jacques Marzellier

Go To Top